La démocratie : le danger intérieur…

Temps de lecture : < 1 minute

Toute forme de vie, biologique, politique, philosophique, idéologique, est mue par une conservation de soi. Il s’agit, pour reprendre le concept de Spinoza, du conatus, selon lequel le vivant s’efforce de persévérer dans son être. C’est l’instinct de conservation qui permet de perpétuer la vie autant qu’il est possible.

 La démocratie n’échappe pas à cela. Sauf qu’elle pose un problème bien connu, celui de la tolérance. Toute la survie de cette philosophie, car la démocratie n’est pas qu’une politique, c’est de faire la différence entre la tolérance et la survie.
 Or il semble que cette différence commence à perdre de sa force.

 La démocratie porte en elle-même sa propre destruction quand elle confond tolérance et révérence envers l’arme qui la vise.

  L’exigence de tolérance, la crainte, la peur de devoir affronter celui qui hait la démocratie pour éviter d’être traité de raciste, d’islamophobe, ou autre, met la démocratie en danger.
  N’oublions pas que les dictatures savent utiliser la démocratie pour la détruire. Elles savent parfaitement que cette philosophie, en les laissant évoluer, leur donne la possibilité de l’anéantir.

   Comme toute vie, la démocratie ne pourra se conserver que si elle lutte contre ce qui la tue. Sans cela elle est condamnée à disparaître.

    Nous avons toutes et tous une responsabilité…

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email

Laisser un commentaire

L'auteur...

Denis Faïck
Denis Faïck Philosophe, maître de conférences

Actualité

Articles récents