La virilité : un équilibre fragile

Estimated reading time: 3 minutes

J’ai tendance à penser que la pire des insultes pour un homme n’a pas trait à son manque de culture. Ni même à son manque d’intelligence, ce qui est pourtant une forte critique.

Il me semble que la pire humiliation concerne sa virilité. Ce mot signifie « mâle, masculin », mais aussi « fort, courageux ». Il s’agit des caractères attribués à l’homme : puissance, force, vaillance, etc., cela dans le sens physique mais aussi moral. Le terme désigne aussi le sexe de l’homme ainsi que son énergie sexuelle. Dans tous les cas on retrouve l’idée de puissance et de domination.

Quand la virilité est mise à mal, alors des tempêtes s’annoncent. Or qui, pour l’homme, peut le plus remettre en question cette virilité ? Les femmes. C’est l’une des raisons pour lesquelles il y a autant de violence contre elles. Si une femme fait sentir à un homme, même sans intention, qu’il est faible, lâche, sans envergure, alors elle prend un gros risque, celui qu’il devienne violent ou méprisant. Cette violence physique, ou psychologique, est un moyen, bien sûr illusoire, de recouvrer cette qualité perdue.

Pourquoi les femmes ont-elles de grandes difficultés à s’intégrer dans les communautés masculines où les valeurs de virilité sont mises en avant ? Parce qu’entre alors un regard qui pourrait prendre les hommes en flagrant délit de faiblesse. Certes, ce n’est sans doute pas la seule raison, mais elle est je crois effective.

Mais si l’on va plus loin, il y a encore plus problématique pour un homme, encore plus terrible que de se voir faible, ou lâche et pleutre. C’est la virilité dans sa dimension sexuelle.

L’humiliation pour un homme consiste à être traité de « mauvais coup », de piètre amoureux. Là, la terre tremble. Être cocu fait partie des railleries populaires, celle qui montre du doigt le médiocre amant dont la femme est allée voir ailleurs. Quelle humiliation pour des virilités fragiles !

En ce sens, plus ce « crime » est sévèrement châtié, plus la virilité est déséquilibrée.

Si l’on dit à un homme qu’il manque de virilité et qu’il s’égare alors dans la violence et la vexation, alors il en manque. Car la virilité est cette force qui enracine le corps et l’esprit dans une stabilité qui fait agir, qui engage à faire évoluer le monde et soi-même sans avoir besoin d’écraser autrui. Et bien au contraire. La virilité n’est en rien ce sentiment que l’on sera haut en faisant descendre l’autre, qu’on sera fort en le rabaissant. Elle est la force qui avance avec l’autre.

Ce n’est donc pas aux femmes de faire attention, pas à elles de ne pas vexer l’homme, pas à elle de ne pas le provoquer. C’est bien à nous de comprendre que la virilité est bien plus qu’une gaminerie de cours de récréation pour savoir qui est le plus fort, qui a la plus grosse voiture, la plus grande maison, le plus de pouvoir et le plus gros…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *